Générargues : des hameaux témoins d’une activité économique très dynamique

Second et dernier épisode de notre nouvelle rubrique « Mon Village au cœur des Cévennes » qui nous permet d’aller faire un nouveau petit tour à Générargues !

Nous en avons parlé, la commune de Générargues est composée de plusieurs hameaux qui, pour la plupart, étaient déjà construits au Moyen-Âge. Ces hameaux, aujourd’hui essentiellement résidentiels, témoignent d’une activité économique très dynamique au cours des siècles passés.

On découvre ainsi en parcourant les différents hameaux que les moulins représentaient autrefois une part importante de l’économie locale. Il y a quelques siècles Générargues accueillait cinq moulins sur le cours de l’Amous (Maguielles, Félines, La Roque, Volpelières, La Rode), un moulin sur le Valat Dodé (aux Gypières), et deux moulins sur le Gardon (Le Mescladou, Le Roucan).

Générargues a également pris sa part dans le commerce de la soie : huit filatures vont voir le jour entre 1820 et 1850, installées à la Coste, Coudoulous, Maguielle, Belair, Montsauve, La Roque, le Roucan, Cabanoules. Il faut se souvenir qu’en 1853 les Cévennes et le Gard produisent plus de la moitié des cocons de France (15000 tonnes sur 26000 tonnes) ! Mais les maladies et la concurrence de nouveaux textiles vont mettre un terme à cette aventure : au début du XXème siècle, toutes les filatures ont fermé.

Concluons cette (trop) courte escapade générargaise par un mot sur le temple protestant, reconnaissable de loin : il fut construit en 1841 sur l’emplacement du précédent, construit en 1622 puis rasé lors de la Révocation de l’Édit de Nantes. Aujourd’hui, son clocher octogonal si caractéristique semble toujours souhaiter la bienvenue aux voyageurs !

Vous êtes membre d’une équipe municipale et vous souhaitez mettre votre village en avant dans le cadre de notre rubrique « Mon Village au Coeur des Cévennes » ? Contactez-nous !

Merci à Thierry Jacot, Maire de Générargues, pour sa confiance dans ce travail et à Marc Hauser pour son érudition partagée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.